Go to Top
 
DÉPENDANCES

Le projet de recherche présenté dans cette section repose sur quatre constats globaux :

  • Les individus vivant avec des problèmes de dépendances (drogues/alcool) sont parmi les usagers les plus coûteux pour les systèmes de soins de santé en Amérique du Nord.
  • Parallèlement, une littérature scientifique étendue met en évidence combien le dépistage et les interventions brèves pour les problèmes de dépendance, effectués dans les établissements de santé de première ligne, engendrent des résultats très positifs à peu de coûts. Par ailleurs, plusieurs études scientifiques démontrent maintenant que les interventions brèves offrent des résultats comparables aux traitements conventionnels qui sont plus longs et plus coûteux.
  • Ainsi, une intervention efficace et opportune à la porte d’entrée du système de santé a non seulement le potentiel de diminuer substantiellement les conséquences néfastes de la dépendance sur la santé, mais aussi de réduire les coûts associés aux problèmes de dépendance pour le système de santé.
  • Malgré cela, il existe une grande disparité entre ces constats, fondés sur des résultats scientifiques, et la pratique courante dans les établissements de santé de première ligne.

De façon globale, ce projet de recherche visait à mieux comprendre cette disparité. Il s’est intéressé aux raisons pour lesquelles la diffusion d’information du milieu scientifique vers le milieu de la pratique est si longue, et l’appropriation des connaissances scientifiques sur le traitement de la dépendance si rare dans les milieux de pratique.

Un contexte idéal…

Ces dernières années, le gouvernement du Québec a mis sur pied des politiques d’envergure relatives à la prévention et à l’intervention précoce autour des problèmes de dépendance, politiques qui se fondaient sur deux documents : le « Plan d’action interministériel en toxicomanie 2006-2011 » et l’« Offre de service – Orientations relatives aux standards d’accès, de continuité, de qualité, d’efficacité et d’efficience : Programmes Services dépendance, 2007-2012 ». Il s’agit d’un contexte idéal pour étudier la mise en œuvre de services liés aux problèmes de dépendance.

Le projet de recherche, sous la direction de Kathryn Gill, directrice de recherche de l’Unité d’alcoologie et de toxicomanie de l’Université McGill, s’est décliné en deux phases :

Pour en savoir plus sur cette programmation de recherche, communiquez avec :

Serge Maynard, M. Sc.
Coordonnateur de recherche
Unité d’alcoologie et de toxicomanie
Centre universitaire de santé McGill
1547, Avenue des Pins Ouest
Montréal, Québec, Canada H3G 1B3
514 934-1934, poste 44309
Télécopieur : 514 934-8262
serge.maynard@muhc.mcgill.ca
Site Web >>

Close
loading...