Go to Top
 
Comprendre
  • Objectifs de l'axe

  • Enquête cégep

  • Le rôle des communications dans l'espace public

Ce premier axe de recherche essaie d’identifier les déterminants sociaux, démographiques et individuels de la radicalisation violente, et de réfléchir au rôle joué par les processus de communication dans l’espace public ou familial, ainsi qu’à la place du religieux dans son apparition ou son renforcement. Les savoirs émergents de ces recherches nourriront les pratiques des deux autres axes.

Projets menés

-les déterminants du soutien à la radicalisation violente: l’enquête cégep

-le rôle des communications dans l’espace public

-la transmission dans les familles et les communautés

-le rôle et la réappropriation du référent religieux dans les relations intergénérationnelles et intercommunautaires

-la religion et le vivre ensemble

-la spiritualité musulmane comme mode de subjectivation et contre-discours à la radicalisation

-les composantes psychologiques individuelles et familiales, la recherche identitaire et l’attirance vers des solutions radicales et clivées.

2e axe de recherche: évaluer et former  >>

3e axe de recherche: prévenir >>

En collaboration avec la Fédération des cégeps, le collège Rosemont et le collège de Maisonneuve, nous avons terminé la première phase d’une vaste enquête cherchant à identifier les déterminants individuels et sociaux du soutien à la radicalisation violente des collégiens et collégiennes au Québec, diffusée sur l’intranet des 8 cégeps participants (6 dans la région montréalaise, Jonquière, et Ste Foy) au printemps 2016. 1894 étudiants ont répondu, en totalité ou en partie, aux questions posées.

Les résultats identifient des facteurs de risque et de protection du soutien à la radicalisation violente, et ont des implications directes pour la formation, la prévention et l’intervention dans le milieu collégial, pour les milieux de l’éducation, de la santé et des services sociaux qui servent des clientèles jeunesse, et, au-delà, pour la société québécoise.

Le rapport de cette étude a été rendu public le 25 octobre.

mandala-747177_960_720

D’autres phases suivront: analyse des résultats qualitatifs, extension de l’enquête à l’ensemble des cégeps avec le concours de la Fédération des cégeps et à la population jeunesse qui ne suit pas d’études, réflexion sur la possibilité de conduire une telle recherche au secondaire, etc.

Auteurs: Cécile Rousseau, Ghayda Hassan, Vanessa Lecompte, Youssef Oulhote, Habib El-Hage, Abdelwahed Mekki-Berrada, Aude Rousseau-Rizzi.

Partenaires: SHERPA, Fédération des cégeps, collège Rosemont, collège de Maisonneuve.

Lire le communiqué de presse >>

Lire le rapport >>

Sans surprise, notre rapport a suscité la controverse. Nous avons répondu à un article critique paru dans le Devoir le 5 novembre 2016: notre réplique est parue peu après dans le même journal, vous pouvez également la lire ici:

Version courte>>

Version longue>>

Sur le même sujet, impliquant nos membres et partenaires:

Notre étude mentionne à plusieurs reprises le rapport de recherche de l’IRIPI (Institut de Recherche sur l’Intégration Professionnelle des Immigrants, collège de Maisonneuve) « les étudiants face à la radicalisation religieuse conduisant à la violence. Mieux comprendre pour mieux prévenir », publié en avril 2016.

Lire le rapport de l’IRIPI >>

Le collège Rosemont, auquel sont rattachés des membres de notre équipe RAPS, a tenu un colloque « cégépiens, radicalisation et vivre ensemble » du 12 au 14 avril 2016.

Lire les actes du colloque >>

Page à venir

Close
loading...